Millau peut se vanter d’avoir pour ambassadrices Nicole Kidman, Kylie Minogue, Sharon Stone, Pharel Williams, Marion Cotillard ou Madonna...
Pourquoi ?! Toutes arborent l’accessoire de mode tendance : le gant ! Et pas n’importe quel gant… un gant de peau, de cuir fabriqué dans les manufactures et ateliers de Millau, là où se transmet depuis le moyen-âge ce savoir-faire d’excellence. Un travail visible au grand jour puisque ateliers et manufactures s’ouvrent aux visiteurs, pour voir, toucher, comprendre, partager et surtout transmettre…

La Haute-couture ne s’y est pas trompée et fait régulièrement appel aux « petites mains » de Millau et récemment, ce sont les Daft Punk qui succombaient aux gants made in Millau ! Le prestige au bout des doigts !

Dès le XII°, des textes mentionnent l’existence de mégissiers travaillant la peau d’agneau.

L’activité de la peau à Millau est liée à la production du Roquefort et aux besoins importants en lait de brebis. L’abondance du cheptel (jusqu’à 150 000 têtes sur le seul plateau du Larzac), la qualité inégalable de la peau d’agneau et la présence d’une rivière (activité grande consommatrice en eau) vont propulser Millau sur sa destinée gantière.

A partir du XVIII°, la ganterie prend un essor important, avec le développement des moyens de transport, et la mode de porter des gants par les élites civiles et religieuses, relayés par les salons du XVIII°.

Forts d’un savoir-faire et d’une tradition quasiment millénaires, gants et peaux d’agneaux de Millau n’auront de cesse de s’imposer dans le monde par leur qualité et leur créativité.

L’activité gantière devient rapidement dominante sur la ville et fait vivre jusqu’à 12 000 des 18 000 Millavois au début du XX°.

L’industrie gantière connaît son apogée entre les deux guerres, Millau devient « Capitale mondiale de la Peau et du Gant » au détriment de Grenoble.

Mais la ganterie est très liée à la concurrence des pays émergents, à la mode qui le boude, à l’utilisation de matériaux synthétiques. Le gant devient peu à peu un objet pratique pour lutter contre le froid ou travailler.

Une activité qui fait peau neuve !

La ganterie trouve aujourd’hui son salut dans la Haute Couture et la mode qui plébiscitent les gants de Millau que l’on retrouve dans les boutiques de luxe du monde entier.

Aujourd’hui, Dior, Chanel, Hermès, Vuitton et les stars du monde entier font appel aux artisans et manufacture de Millau.

Les Métiers d'Art investissent Millau pour présenter au public leur savoir-faire.

Depuis 2000, Millau a obtenu le label « Ville et Métiers d’Art », dynamisée notamment par l’activité gantière historique de la ville.

Une vingtaine de professionnels millavois ouvrent leurs ateliers et vous accueillent afin de faire découvrir au plus grand nombre leur métier : céramiste, artisan potier, création textile, coutelier, ébéniste, tourneur sur bois, cartonnier, encadreur, sculpteur métal, menuisier, forgeron, ferronnier, relieur, peintre sur bois, tailleur de pierre… la liste est longue et non exhaustive, gage d’une richesse exceptionnelle.

Petit lexique

Mégisserie : tannerie pour peaux de petits mammifères (brebis, chèvres…)
Mains chaudes : forme de gant chauffée, équivalent du pressing pour gants !
Petites mains : surnoms données aux couturières
Nubuck : cuir ayant subi un ponçage spécifique et présentant un aspect velouté
Pied de Charlemagne : mesure historique du gantier (32.4cm) divisée en 12 graduations ou pouces
Main de fer : emporte-pièces sur lesquels sont posés les rectangles de peaux avant d’être coupés à la presse