Aujourd’hui, nous avons visité l’exposition « Si l’Amour m’était conté » au Musée de Millau.

La création de cette exposition a débuté par un rendez-vous entre la Maison Fabre et la Comité Jean Cocteau dans le cadre de la réalisation d’une copie des gants de la Bête portés par Jean Marais dans le film « La Belle et la Bête » réalisé par Jean Cocteau en 1946 (d'après le conte de fées du même nom écrit par Madame Leprince de Beaumont en 1757). Le Musée de Millau s'est donc associé avec cette célèbre manufacture de gants de Millau pour concevoir l'exposition « Si l'amour m'était conté », qui aborde le thème de la séduction, de l’amour, de la métamorphose... avec comme fils conducteur les gants !

Il était une fois La Belle et la Bête, Blanche Neige, Cendrillon, la Belle au bois dormant, Peau d’âne … Tout autant de contes qui ont bercé notre enfance et que l’on retrouve dans cette exposition. Des affiches, des aquarelles, des costumes, des gants bien sûr, des sculptures, des scripts, des photographies, des créations contemporaines … il y en a pour tous les goûts, de quoi ravir les visiteurs venus chercher la féérie  des contes pour enfants.

La pièce phare de cette exposition : les gants de la Bête, en peau d’agneau doublé de soie et brodés à la main,  au fil d’or, avec des éclats de Swarovski. Les gants magiques de la Bête permettent à la Belle de voyager à travers l'espace et le temps comme le visiteur aujourd’hui…

On retrouve évidement le savoir-faire gantier Millavois, dans les manchons du conte Peau d’âne notamment. Réalisés eux aussi par la Maison Fabre, ils sont trois, comme le veut le conte : une paire couleur soleil en peau d’agneau doré recouvert de nombreuses broderies et perles, une paire couleur de temps en peau d’agneau gitane (bleu foncé) lui aussi recouvert de perles, de bijoux et de broderie, et la dernière couleur de lune en peau d’agneau blanc nacré recouvert de perles et ruban de satin. Magnifique !

Tout au long de l’exposition, le visiteur retrouve des illustrations représentant des scènes des contes que l’on connaît tous : Blanche Neige qui s’empoisonne avec une pomme, Cendrillon qui laisse tomber une de ses pantoufles de verre, le prince réveillant la belle au bois dormant …

La technologie n’est pas en reste dans cette exposition avec un écran interactif. Une façon de se prendre pour la sorcière 2.0 dans Blanche Neige, « Miroir, Miroir dit moi qui… ? »  À  vous de choisir la suite et d’en découvrir la réponse !

Nous avons écouté quelques visiteurs à la sortie du Musée :

« Exposition très intéressante, de très belles pièces, en particulier les gants et le masque de la bête dans La Belle et la Bête. »

« Ce que j’ai préféré, ce sont les robes en fil de fer recouvertes de cristaux qui font réellement penser à des robes de princesse telles que l’on aime les imaginer étant enfant.»

« C’est une superbe exposition dans laquelle on retrouve de nombreuses pièces qui illustrent les contes de notre enfance, en particulier de nombreuses illustrations réalisées en aquarelles, en encre de chine, en pastel… qui donnent une autre dimension aux personnages. »

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

Commentaires

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.