-A +A

Les villages caussenards

Pittoresques

Dans les vallées ou sur les causses, des villages caussenards typiques sont prétextes à l’arrêt, pour quelques quelques minutes ou plusieurs heures.

Villages perchés, à deux pas des Gorges du Tarn

A l’entrée des Gorges du Tarn, suspendu aux flancs du causse de Sauveterre, Mostuéjouls se découvre à pied, (lien itinéraire), ou en visite guidée, dans les pas d’un habitant « ambassadeur » passionné par l’histoire de son village.  Face à celui-ci, Liaucous se visite aussi grâce à un petit circuit (lien). Les plus courageux pousseront jusqu’aux hameaux troglodytiques désertés d’Eglazines et de St-Marcellin, surplombant les Gorges du Tarn.

Villages remarquables des causses et des vallées

Dans l’univers des jolis villages, il y a les « valeurs sûres », déjà reconnues par des labels, des classements et/ ou des cris d’extase ( !!!). Mais à leurs côtés,  il y a aussi des villages ou des hameaux, au charme  diffus, mais dont on parle peu. Trop petits pour se faire un nom, ils sont tout de même à mon sens de véritables petits bijoux : Montredon sur le Causse du Larzac, La Roque Sainte-Marguerite en bord de rivière ou Cantobre dressé sur son éperon rocheux dans les Gorges de la Dourbie. On s’y balade avant tout pour l’ambiance, les calades fleuries, le soin apporté par les habitants à leurs maisons souvent imbriquées les unes dans les autres.

Petit patrimoine et villages, dans le plus pur style caussenard

A St-André de Vézines ou Veyreau, sur le causse Noir c’est la présence d’un petit patrimoine bâti dédié à la conservation de l’eau dans le cadre de l’économie  pastorale qui est la plus remarquable. Deux lavognes – mares artificielles – une dans chaque village et un toit-citerne sur la route de St-Jean de Balmes… La grande préoccupation du paysan caussenard, c’est l’eau !

 

Sur la route de Montpellier-le-Vieux, Longuiers est l’archétype de l’habitat caussenard : c’est un tout petit hameau qui ne doit pas compter plus de 20 maisons ! On en fait le tour en moins de 5 minutes -10 en flânant !-et pourtant le lieu pourrait servir de référence au style architectural local ! Maisons élevées sur 2 voûtes, petites fenêtres pour se protéger des rudesses du climat, petits enclos de pierre pour les potagers, départ de draille (sentier bordé de murets de pierre pour favoriser la conduite des troupeaux)…

Autre concentré du style caussenard, le hameau de Saint-Véran, sur la commune de La Roque-Sainte-Marguerite ! On y vient par une route étroite (on ne se croise pas). Dans l’idéal, est d’y monter à pied. La marche d’approche ne prend pas plus d’une demi-heure et laisse vraiment le temps de profiter du paysage sur le village et la vallée de la Dourbie. Le site, perché à flanc de causse est presque théâtral. Le village, tout en pierre se confond sur le fond de roche et de verdure du Causse.

Bon à savoir : Petit message à l’attention de nos amis Québécois : Louis Joseph de Montcalm-Gozon, qui s’est illustré dans la guerre entre Français et Anglais pour la possession du Canada, fut marquis de Saint-Véran. Sur son lit de mort, en apprenant par son chirurgien qu’il ne lui restait plus que quelques heures à vivre, il aurait répondu : « Tant mieux, je ne verrai pas les Anglais à Québec. »